Ma nouvelle vie, seule…

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

J’ai 22 ans. Depuis cinq ans, j’étais en couple avec un garçon de trois ans mon aîné. Notre relation était très passionnelle, on se déchirait autant qu’on s’aimait. Cette relation me convenait parfaitement. Nous nous aimions vraiment beaucoup, mais notre couple était fatigant. Fatigant de s’aimer et de se détester autant. Au cours de ces cinq années, il a pris un appartement, je devais petit à petit le rejoindre chez lui, pour que ça devienne chez nous.

Il y a trois semaines, j’ai décidé de me séparer de lui. Trop fatiguée, j’ai perdu la force de me battre contre lui. Après une dispute, je lui ai dit que c’était fini. Nous nous l’étions déjà beaucoup dit, il ne l’a donc pas pris au sérieux. Mais pour une fois, ça l’était. Je suis jeune, je n’ai pas l’âge de me prendre la tête avec l’amour. Cela a été très dur pour lui, il n’a pas compris, il m’a menacé, puis s’est excusé, pour me menacer à nouveau. Lui n’est pas fatigué, il a toujours la force de se battre contre moi et avec moi. Je l’aime toujours beaucoup, même si ce n’est plus cet amour du début, passionnel. Mais j’ai réussi à m’épanouir seule.

Penser à moi, rien qu’à moi

Je suis actuellement en service civique et j’aime ce que je fait. J’ai de grands projets de voyages au bout de la terre, de missions humanitaires. Mes projets et mes centres d’intérêt sont différents des siens. Cela me dérangeait parfois, car il ne comprenait pas ma façon de penser et l’empathie que je pouvais avoir pour les autres. Je me destine à une carrière dans le social, lui est dans le commerce. Ça ne m’a jamais posé aucun problème avant, mais ces derniers temps, je sentais la différence qui s’installait, et nos chemins se séparer.

Je pense être entrée dans une phase où je me pose beaucoup de questions sur mon futur. Je grandis. Lui a déjà un emploi, un appartement. J’ai besoin de me sentir indépendante, de me dire que je suis quelqu’un. Quelqu’un qui sait faire des choses, qui peut étudier, travailler, voyager, gagner de l’argent. J’ai envie de penser à moi, rien qu’à moi, et ne pas avoir de poids à soulever en plus du mien.

Tous les liens se rompent

Ce qui est compliqué dans les ruptures, c’est que tous les liens se rompent : l’amoureux et le meilleur ami. Alors quoi ? Je dois faire « le deuil » de ce garçon que j’ai aimé, pleuré, détesté, à la fois comme un amoureux et comme un meilleur ami. Je sais que c’est le mieux pour lui, ça lui ferait beaucoup de mal de me parler en sachant que je ne suis plus son amoureuse. Je respecte ce choix. Je ne veux que son bonheur car il le mérite vraiment.

Alors comme thérapie, j’ai choisi les sorties, la danse, les sourires, le contact avec les gens, les amis. Je peux m’amuser, ne penser qu’à moi. Mais je redoute le moment où le bonheur d’aujourd’hui, ne sera plus. Le moment où « mon épaule » me manquera, où j’aurai besoin de lui pour être consolée, pour être rassurée, pour parler à quelqu’un qui sait qui je suis et qui m’a aimée pour ça.

Jessica D., 22 ans, volontaire en service civique

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone
2 RÉACTIONS
  • Lola 8 avril 2015

    Bonjour Jessica,
    Le choix d’une rupture est toujours difficile car on est souvent encore amoureux à ce moment là. D’ou le mot bien choisi de « rompre », c’est brutal.
    Mais tu as fais le bon choix de sortir, faire des choses, t’améliorer, t’amuser. C’est ce qu’il faut faire, selon moi. On ne reste pas seule à pleurer sur son sort alors que la vie continue.
    Et puis, tu es jeune, comme moi. Après ma rupture avec mon ex, je suis sortie, et presque quatre mois après je me suis trouvée quelqu’un. Et quelqu’un de bien, avec qui je me dispute beaucoup moins avec qu’autrefois avec mon ex. Comme quoi.
    Quitter c’est aussi avancer et comprendre certaines erreurs. Je conseil rarement de revenir avec la personne, ni même « rester amis ». Juste, la respecter quand on parle, et garder les bons souvenirs. C’est important.

    Bon courage, tu as la vie devant toi. Et pensons à nos parents qui, souvent, se sont rencontrés tard. (ma mère avait plus de 25 ans, mais mon père lui avait 37 ans).

  • Maelle 8 juin 2015

    Bonjour Jessica D,

    je suis actuellement dans la même situation que toi, comment à tu avancé depuis le mois d’avril, moi cela fait 1 mois mon copain me manque terriblement j’ai peur d’avoir fait une erreur, je ne regrette pas le fait d’avoir fait cette « pause » cela ma fait du bien mais j’ai toujours un espoir en notre couple nous étions tellement fusionnel, je sais que je pourrai trouver quelqu’un d’autre de gentil mais quelqu’un comme lui j’en doute ..

    Comme tu le dit dans t’on article actuellement je me lâche je profite je m’épanouie seul mais il me manque et je redoute ma situation dans quelque mois et j’ai vraiment peur de regretter car on rencontre pas son « ame soeur » a tout les coins de rue !

    Merci pour ton aide Jessica D

RÉAGIS