Merci Charlie ! Tu m’as aidée à construire ma voix

Charlie
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Charlie,

Déjà toute petite, je te regardais attentivement. Les mots m’échappaient encore, les dessins m’intriguaient, probablement. Mais tu étais là, sur le canapé, sur une table ou dans un sac.

Tu étais là.

Et puis tes mots ont pris du sens, tes dessins m’ont fait sourire, rire souvent. Je t’attrapais comme ça et te lisais, quelques minutes ou plus ; et même parfois, je te lisais par dessus une épaule.

J’aime bien te lire Charlie.

Je me souviens d’une fois où j’ai été déçue. Tu vas trop loin Charlie, là, je ne suis pas d’accord. Je ne suis pas d’accord et toi, tu me provoques. Ça me fait réfléchir, argumenter, discuter, me remettre en question, parce que jusque là, jamais je n’avais été déçue par toi.

Et puis je réalise, ce n’est qu’une petite contrariété. Parfois, c’est important de ne pas être d’accord. Quelques jours après, je vois ta couverture et je ris.

Ah, sacré Charlie.

J’ai 22 ans Charlie. J’ai appris à dire non, à m’opposer, à discuter, à m’indigner. Aujourd’hui, tu es amputé Charlie. Je le vois, je le sens, et c’est partout autour. Grièvement blessé.

Aujourd’hui, j’ai pleuré, Charlie. À quoi bon, si la violence fini toujours par avoir le dernier mot.

Et puis je réalise, ton dernier mot, tu ne l’as pas dit.

Charlie, tu es de ceux qui quand je perds courage, me rappellent à quel point il est important de continuer à me battre, à débattre.

Et je sais que toi, tu continueras d’être là.

Je te souhaite bon courage Charlie, je pense à toi et à ceux qui t’ont fait être ce que tu es. Et à ceux qui continueront à te donner de la voix. Car des voix, tu en inspireras d’autres, ça je n’en doute pas.

Je suis de tout coeur avec toi Charlie.

Et Charlie,

Merci.

Kanelle, 22 ans, étudiante, Rouen

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone
1 RÉACTION
  • Camille 12 janvier 2015

    Kannelle,

    tout comme toi, j’ai grandi avec Charlie Hebdo et ton article m’a mis les larmes aux yeux…

RÉAGIS