• Emma R. - 24 novembre 2020

    À ma mère, le confinement, ça ne lui a pas réussi. Alors comme je dois gérer sa dépression pour deux, j’essaie de m’évader comme je peux.

    Emma R. - 24 novembre 2020

    Confinée avec ma mère, sa dépression et mes séries

    À ma mère, le confinement, ça ne lui a pas réussi. Alors comme je dois gérer sa dépression pour deux, j’essaie de m’évader comme je peux.

  • Clara M. -

    Molière, Shakespeare, Becket… Je suis obligée de jouer leurs pièces devant mon ordinateur. Loin du devant de la scène que m’avait promis ma formation au Cours Florent.

    Clara M. - 24 novembre 2020

    Mes cours de théâtre en distanciel, ma passion en backstage

    Molière, Shakespeare, Becket… Je suis obligée de jouer leurs pièces devant mon ordinateur. Loin du devant de la scène que m’avait promis ma formation au Cours Florent.

  • Popline - 23 novembre 2020

    Le 17 novembre, j’ai manifesté contre la loi « sécurité globale » à Paris devant l’Assemblée nationale. Bilan : plus de 3 heures d’interpellation et 17 heures de garde à vue pour un délit non avéré. Et la conviction que mes droits et ma personne n’ont pas été respectés par la police.

    Popline - 23 novembre 2020

    Garde à vue : 17 heures d’humiliation

    Le 17 novembre, j’ai manifesté contre la loi « sécurité globale » à Paris devant l’Assemblée nationale. Bilan : plus de 3 heures d’interpellation et 17 heures de garde à vue pour un délit non avéré. Et la conviction que mes droits et ma personne n’ont pas été respectés par la police.

  • Anatole S. - 21 novembre 2020

    Vous savez combien ça coûte de creuser une tombe ? À la mort de mon grand-père, j’ai dû me confronter aux nombreux frais liés à son décès.

    Anatole S. - 21 novembre 2020

    On a enterré notre grand-père et nos économies

    Vous savez combien ça coûte de creuser une tombe ? À la mort de mon grand-père, j’ai dû me confronter aux nombreux frais liés à son décès.

  • Nassaire Kharann G. - 20 novembre 2020

    Ça fait des mois que je demande à renouveler mon titre de séjour pour continuer à étudier en France en toute légalité, mais la préfecture reste sourde à mes appels. Depuis qu’il a expiré, je suis en grande précarité.

    Nassaire Kharann G. - 20 novembre 2020

    Étudiant étranger : sans papiers malgré moi

    Ça fait des mois que je demande à renouveler mon titre de séjour pour continuer à étudier en France en toute légalité, mais la préfecture reste sourde à mes appels. Depuis qu’il a expiré, je suis en grande précarité.

  • Louise M - 18 novembre 2020

    Recherches d’emplois suspendus, formations en stand-by… A l’épreuve de la crise sanitaire, l’intégration des mineurs isolés étrangers que j’accompagne est menacée. Et leurs 18 ans approchent sans qu’ils puissent s’y préparer.

    Louise M - 18 novembre 2020

    Covid-19 : les mineurs isolés étrangers voient leur avenir entravé

    Recherches d’emplois suspendus, formations en stand-by… A l’épreuve de la crise sanitaire, l’intégration des mineurs isolés étrangers que j’accompagne est menacée. Et leurs 18 ans approchent sans qu’ils puissent s’y préparer.

  • Maïmouna T. - 17 novembre 2020

    Le poids des violences policières, dans ma banlieue, je le sens depuis toujours. Des émeutes aux manifestations, c’est à ma génération de donner de la voix.

    Maïmouna T. - 17 novembre 2020

    Violences policières : notre génération ne se laissera plus faire

    Le poids des violences policières, dans ma banlieue, je le sens depuis toujours. Des émeutes aux manifestations, c’est à ma génération de donner de la voix.

  • Maëlle D. - 16 novembre 2020

    La France est confinée mais, une nuit, j’ai dû sortir. Entre les rues désertes et les commerces fermées, mes stratégies d’évitement ont foutu le camp.

    Maëlle D. - 16 novembre 2020

    La ville confinée, mon insécurité décuplée

    La France est confinée mais, une nuit, j’ai dû sortir. Entre les rues désertes et les commerces fermées, mes stratégies d’évitement ont foutu le camp.

  • Mathilde R. - 14 novembre 2020

    Je suis restée deux ans avec lui. Deux ans à subir une sexualité forcée par celui que j’aimais. Parce qu’on était en couple, je n’arrive pas à poser les mots sur ce qu’il m’a fait endurer.

    Mathilde R. - 14 novembre 2020

    Ce n’était pas un viol, me dis-je parfois

    Je suis restée deux ans avec lui. Deux ans à subir une sexualité forcée par celui que j’aimais. Parce qu’on était en couple, je n’arrive pas à poser les mots sur ce qu’il m’a fait endurer.