Avatar

Papy DM.27 avril 2019

Lycéen et réalisateur, on me disait que c’était impossible

Je réalise des clips. Au collège, mes profs jugeaient mon projet irréaliste. Pourtant, je me suis accroché et je commence à percer, tout en passant mon bac.

Par Papy DM.27 avril 2019

J’avais 15 ans quand on m’a demandé de faire un choix par rapport à mon avenir et pour moi c’était clair : je voulais faire des clips. J’ai toujours été attiré par le côté visuel de la musique et en voyant mon grand frère exercer ce métier, je me suis dit que je pouvais le faire aussi. Mes camarades de classe voulaient devenir avocats, architectes ou encore médecins et le fait que mon projet d’orientation soit à contre courant de ceux des autres ne plaisait pas à mes profs : « Trouve autre chose Papy ! Quelque chose de réalisable. » Je me demandais souvent s’ils étaient vraiment là pour m’aider.

@MohTohSoh Aussi a pour ambition de devenir vidéaste, il filme ses sorties avec ses amis puis réalise des vidéos digne d’un pro, un restaurant l’a repéré et a décidé de collaborer avec lui :

« Papy doit travailler son projet d’orientation en restant une année de plus au collège. » C’était l’incompréhension totale. De retour dans mon quartier, la nouvelle est venue jusqu’aux oreilles de mes potes. « Quand tu redoubles, avoir des bonnes notes c’est devenu trop facile. » C’est vrai, je m’en suis plutôt bien sorti cette année-là, ce qui m’a même permis de passer en seconde générale. Mais j’avais toujours mon rêve en tête. Le lycée, c’est très différent du collège. J’étais séparé de mes potes, certains avaient opté pour la voie professionnelle et d’autres pour la rue.

Cela m’a permis de faire de nouvelles rencontres et notamment des personnes qui avaient des projets similaires au mien.  Je me suis senti plus motivé quand j’ai fait leur rencontre. L’un d’entre eux avait une caméra qui traînait chez lui, du coup on s’est lancés. On a d’abord commencé par trouver un nom. « Il faut quelque chose qui nous décrit ! » Et en quelques minutes on avait trouvé : « 2KMERA ! » C’était le nom parfait, il nous décrivait bien, il faisait référence à notre année de naissance (2000) et au fait qu’on était deux. C’était un très bon jeu de mot.

Nos clips dépassaient les 10 000 vues sur Youtube

Le premier clip qu’on a tourné, c’était celui d’un pote à moi qui se lançait dans le rap. On s’est pointés avec notre caméra et on l’a filmé dans son bâtiment. Le résultat était vraiment nul, l’image n’était pas stable, la qualité vidéo n’était pas top et le montage non plus. Le clip n’est même pas sorti. Mais ce premier clip nous a permis d’apprendre de nos erreurs. Petit à petit, les erreurs du premier clip se sont effacées, on a commencé à mieux utiliser l’appareil et à s’améliorer au montage.

« C’est vous 2KMERA ? » Les rappeurs des alentours commençaient à nous réclamer. On était connu dans la ville et nos clips dépassaient les 10 000 vues sur Youtube. On se faisait de l’argent, des petites sommes genre 100 euros par vidéo. « C’est le moment de changer de caméra. » Chacun de son côté, on a économisé l’argent qu’on se faisait sur les tournages et dès qu’on a pu, on a changé notre matériel. Après quelques mois de dur travail, on a enfin eu notre premier stabilisateur et une nouvelle caméra.

Leur dernier clip pour Decimo a quand même fait 60 000 vues ! Pas mal pour des lycéens autodidactes !

Mais ma mère s’inquiétait, elle avait peur que mes clips fassent de l’ombre à ma scolarité et c’est ce qui est arrivé. « Un réel manque de travail ce trimestre, il faut réagir. » Mes notes avaient baissé, mais en quelques mois, j’ai beaucoup appris.

Je suis en train de réaliser ce que j’ai toujours voulu faire et tout ça parce que je n’ai rien lâché. Je dois continuer à croire en moi car c’est ce qui m’a permis d’être à ce niveau. Mais je ne dois pas lâcher l’école, je dois avoir mon bac.

Aujourd’hui, on bosse toujours ensemble. Mon pote qui se lançait dans le rap a même signé dans un label. On est en train de réaliser notre rêve.

 

Papy, 18 ans, lycéen, Mantes-la-Jolie

Crédit photo Unsplash // CC Steven Van

TAGS :