Adama F.

Adama F.6 juillet 2019

Deux parents, deux religions… et moi ?

Un père musulman, une mère chrétienne, je me suis longtemps posé la question de ma foi. J'ai observé mes parents, leur rapport à la religion, et entre l'Islam et le Christianisme, j'ai fait mon choix. Simplement.

Par Adama F.6 juillet 2019

Avoir des parents de religions différentes, ça a été une expérience un peu difficile. On se pose beaucoup de questions, on pèse le pour et le contre. Après neuf mois passés dans le ventre de ma mère, pressée de voir le jour, je ne connaissais rien de la vie. Lorsque qu’on me parlait de religion, je me disais : « Mais c’est quoi ça ? » Alors un jour je me suis dit : « Pourquoi pas observer mes parents ? » Enfin, la façon dont ils intégraient la religion au sein de la maison.

Alors j’ai remarqué que mes parents ne priaient pas de la même façon, de la même manière ni à la même heure. J’ai constaté que mon père avait un « livre » différent de celui de ma mère. Lui, c’était le Coran. Il était très beau, une page de couverture bien décorée avec de la couleur, c’était très plaisant à regarder. À l’intérieur, il y avait une page écrite en arabe et une page écrite en français. C’était très bien écrit et très beau à voir, il possédait aussi un beau tapis de prière où il priait cinq fois par jour. Du côté de ma mère, elle possédait aussi un livre, elle, c’était la Bible. Elle ne possédait pas un tapis de prière, mais une croix. Elle priait à l’église avec un beau chapelet noir et blanc.

J’étais un peu anxieuse car je ne savais pas où me positionner et j’avais encore plein de doutes, de questions sans réponses. Alors je ne priais pas. De toute façon, je ne savais pas comment faire.

J’ai choisi ma religion avec le cœur

Un jour, lorsque j’avais 13 ans, on était tous en train de regarder la télé avec mes sœurs et mon père était parti prier. À la fin de sa prière, il nous a demandé d’éteindre la télé pour qu’on ait une discussion « sérieuse ». Mes sœurs et moi, on s’est regardées en cherchant qui avait fait une bêtise pour accuser l’autre (mdr). On était en panique totale, mais lorsque qu’il a abordé le sujet de la religion, on a été soulagés.

Alors, il nous a demandé ce qu’on y connaissait, si on savait quelle religion il pratiquait ainsi que ma mère. J’ai répondu que je savais, vu que je ne les voyais pas prier de la même façon, et il m’a répondu que j’avais le choix de pratiquer une des deux religions, celle avec laquelle je me sentirais bien.

J’étais mal à l’aise car j’avais peur d’offenser un de mes parents et mon père s’en est rendu compte. Il m’a dit qu’il serait toujours avec moi, quelle que soit la religion que je choisirai. Alors je lui ai répondu que je choisissais le christianisme, la religion de ma mère. Car mon cœur l’avait décidé.

Alice, elle, veut se convertir à l’Islam. Mais sa mère et sa grand-mère s’y opposent. Mon choix religieux creuse un fossé entre ma mère et moi

Il m’a regardée avec un sourire aux lèvres et m’a dit qu’il était fier de moi. Je lui ai fait un gros câlin et je suis allée voir ma mère pour lui dire de m’apprendre à pratiquer cette religion. Elle m’a regardée et m’a souri, puis m’a appris les bases de cette religion. Toutes les personnes dans ma situation devraient avoir une discussion à ce sujet avec leurs parents !

Quant à mes sœurs, elles sont toutes chrétiennes sauf une qui pratique l’Islam avec mon père et mon grand frère. La cohabitation de ces deux religions à la maison se passe très bien. Chacun prie à sa façon, sans oublier de prier pour la famille. Lorsqu’il y a une fête comme l’Aïd ou Pâques, on la respecte et on la fête tous ensemble, même si on la pratique pas !

 

Adama, 18 ans, lycéenne, Mantes-la-Ville

Crédit photo Unsplash // CC Rishikesh Yogpeet // CC  Haut Risque // CC  Akira Hojo 

TAGS :