Avatar

Noémie A.5 février 2019

À cause d’Instagram, j’ai été harcelée

En cinquième, Noémie s’est fait pirater son compte Instagram et l’usurpateur s’est servi de son profil pour insulter une autre fille de sa classe. En retour, la collégienne a reçu coups, humiliations et moqueries.

Par Noémie A.5 février 2019

Mes premières années de collège se sont très bien passées. Tout le monde s’entendait avec tout le monde, avec des hauts et des bas comme dans toutes relations, mais tout allait très bien pour moi… Jusqu’en cinquième, quand quelqu’un a piraté mon compte Instagram pour s’en prendre à une fille de ma classe et l’insulter. Le soir même, quand j’ai vu les messages que mon pirate postait à ma place (du type « connasse », « salope »…), j’ai eu une grosse boule au ventre. Je n’avais plus envie d’aller en cours, de voir la victime, de m’expliquer…

Quelques jours plus tard, alors que j’étais dans la cour pour aller en sport, la fille en question n’a pas supporté de me voir. Les premiers coups de poing sont partis. Puis, sa bande d’amis l’a rejointe pour me dire des méchancetés, me tenir par le col… Je me confiais à mes meilleures amies, sur qui je pouvais compter. Avec la « victime », on est allées voir la CPE, mais rien ne s’est arrangé dans le bureau. J’ai essayé de leur expliquer l’histoire du piratage, mais la conseillère ne m’a pas crue. Alors j’ai joué une autre carte : j’ai dit que c’était bien moi, que j’avais dit toute ces méchancetés sur les réseaux sociaux, car j’étais jalouse d’elle. J’ai même fini par lui dire « pardon » !

 Nicolas lui a piraté le Instagram de copine mais pour la bonne cause, la sauver de son cyber harceleur : J’ai sauvé ma copine du cyberharcèlement 

J’ai fait le tri dans mes contacts

Les jours qui ont suivi, j’avais envie de me cacher, j’avais honte de moi. J’en ai parlé à mes parents et ils n’ont pas supporté : ils ont pris rendez-vous avec la sous-directrice qui nous a alors demandé des preuves. Mais je n’en avais pas !

Je suis resté dans ce collège jusqu’à la fin de mon année de troisième. Je voyais cette personne tous les jours. On se moquait de moi, on me disait : « t’es moche », « tu mérites ce qui t’arrive ». On me volait mes affaires, on les jetait sous la douche… Malgré tout cela, j’ai quand même eu mon brevet.

Je n’ai pas arrêté complètement les réseaux sociaux. Je continue d‘y aller, mais j’ai fait le tri dans mes répertoires et n’accepte plus aucun inconnu. Aujourd’hui, je suis en bac pro SAPAT (services aux personnes et aux territoires). Je vais au lycée plus sereine. Je me sens beaucoup mieux qu’au collège…

 

Noémie, 15 ans, lycéenne, Angers

Crédit Photo ©Adobestock // Draganagordic 

TAGS :