Ghozlene G.

Ghozlene G.24 mai 2018

Je suis bilingue (français et arabe), je voudrais être psychologue.

En Algérie je ne me sens pas être une femme libre comme en France

Je baigne depuis toujours dans les cultures française et algérienne. Une différence fondamentale m'a récemment sauté aux yeux : en tant que femme, je ne suis pas considérée de la même façon en France et en Algérie.

Par Ghozlene G.24 mai 2018

Je suis française et algérienne. Depuis toute petite, chaque année, je pars deux mois en Algérie. Aujourd’hui, j’ai seize ans et mon rapport à ce pays a changé.

Je ne porte sur lui pas le même regard qu’il y a quelques années. J’ai remarqué une énorme différence entre mes deux pays : la FEMME. Cette différence, je l’ai ressentie lorsque j’étais en Troisième. La fin du collège est la période où j’ai commencé à construire ma propre pensée et à m’affirmer.

Je me souviens en particulier d’une sortie en famille. On était à Annaba, il était 22 heures, on était dans une crémerie, j’étais avec mon oncle et deux de mes cousins. Il y avait également ma cousine, je rigolais avec mon cousin et j’ai tendance à élever la voix quand je suis de bonne humeur, mon oncle d’un coup me dit : «  Tu sais, les femmes n’ont pas le droit de parler fort en présence d’hommes. » Cette phrase m’a choquée, je ne savais pas quoi dire et naturellement, j’ai baissé d’un ton. Je me sentais comme dans une boîte : piégée.

En Algérie, les hommes prennent le pouvoir

Cette différence est liée aux cultures arabe et française. Elles sont différentes. Je trouve qu’en Algérie les femmes sont réservées, l’entourage et l’environnement font en sorte de les pousser à être comme cela.

Un été, en Algérie, je suis sortie le soir avec mon oncle et ma cousine, il était 21 heures. Mon oncle m’a dit de ne pas porter mon débardeur qui dévoilait mes épaules, je l’ai quand même porté et j’ai regretté car les hommes ne me lâchaient pas du regard. Pour éviter cela et pour me sentir à l’aise, j’ai dû porter une veste. On nous pousse à être pudiques et réservées.

En Algérie, les femmes sont donc plus timides. Par exemple, lorsque j’entretiens une discussion avec ma famille en arabe, ce sont les hommes qui prennent le « pouvoir » sur la discussion.

Plus libre en France

En France, je sens que les femmes sont plus ouvertes d’esprit et quand je parle avec un Français je ne suis pas dans la retenue, je ne vais pas m’empêcher de parler fort parce que je suis une femme. Les gens ne vont pas me le reprocher. Je peux me permettre de porter ce que je veux. J’ai porté le même débardeur en France et je n’étais même pas accompagnée. Je n’ai reçu aucun regard insistant.

Mais parfois la “mentalité du bled” arrive jusqu’en France. C’est le cas de PetitCoeur : “Pour mon père, une femme ça doit rester à la maison”.

En  France, je me sens libre de m’exprimer et de parler comme j’ai envie, on ne m’a jamais interdit d’être moi et de penser comme je le veux.

Je me sens française et algérienne car il y a des aspects que j’affectionne dans les deux pays et j’adapte mes pensées avec une sorte de sélection dans les cultures dans la vie quotidienne.

Je suis moi, je suis la France et l’Algérie, l’Europe et l’Afrique.

 

Ghozlene, 16 ans, lycéenne, Bagnolet

Crédit photo Adobe Stock // © Daylight Photo

TAGS :

8 réactions

  1. Quel article sublime qui annonce la une réalité!

  2. Bravo ghozlene

  3. Tout à fait vrai , c’est pour ça que l’Algérie restera en retard, le fait de mettre la femme en infériorité. C’est bien dommage !!!

  4. Merci pour ton témoignage. Néanmoins je me pose la question suivante : tu dis finalement que tu te “sens française et algérienne car il y a des aspects que j’affectionne dans les deux pays”, mais quels sont les aspects que tu affectionnes en Algérie ? s’il ne s’agit que de ta famille, tu peux laisser tomber “l’Algérie” et aimer simplement ta famille, parce que honnêtement, je ne vois aucune raison d’aimer un pays aussi attardé et content de l’être (on se doute que les hommes au pouvoir feront tout pour que rien ne change) ou incapable d’avancer… Que tu te sentes algérienne par ton ascendance familiale, sans doute, mais de là à aimer “l’Algérie” où tu ne peux pas être ce que tu es… il y a un problème, non ?

  5. Pardonnez moi de m’insérer dans vos échanges mais, moi même étant français de France né en France et issue de x générationx française, je pense que l’on peut aimer un pays pour diverses raisons, On peux l’aimer pour sa culture, ses traditions, sa politique mais aussi pour sa géographie, son histoire, sa gastronomie… Cette énumération est loin d’être exaustive. Perso, je suis grand voyageur et lorsque je rentre chez moi, en France, je suis heureux de retrouver sa géographie, sa gastronomie, le reste n’ayant qu’une importance moindre pour moi ! Et que, de toute manière, les mentalités en général, ont besoins d’évoluer, partout dans le monde, Les cerveaux sont trop souvent attardés, n’importe où que l’ont soient sur cette planète.

  6. Bonjour Ghozlene,
    Bravo pour ton témoignage et ta clairvoyance d’esprit.
    Personne ne doit te dicter ton comportement.
    Tu es libre, et tu as le droit de parler à qui tu veux, de t’habiller comme tu veux.
    L’islam fait beaucoup de mal aux femmes. Il faut combattre ces idées d’un autre temps.
    Nous sommes l’égale des hommes.
    Ne laisses personne se permettre de te dire le contraire, jamais.
    Je suis de tout coeur avec toi.
    Restes comme tu es.

  7. A chaque pays sa culture et puis je ne vois pas pourquoi l’Algérie vous gêne c’est un pays avec ses traditions et ses code qu’il faut respecter.
    l’Algérie ce n’est pas l’Occident et tant mieux.

    Algérie vivant à Alger

  8. Il y a l’Algérie et il y a les algériens.
    Certains, pas tous, heureusement! Et ce n’est pas l’islam qui est le problème. Il s’agit là de misogynie et de machisme. On complique toujours les choses.