Evan D.

Evan D.6 mars 2019

Je veux devenir gamer pro !

Les jeux vidéo, un passe-temps ? Pour moi, c'est un plan de carrière ! À 16 ans, j'ai déjà gagné des compétitions professionnelles.

Par Evan D.6 mars 2019

À 14 ans,  j’ai commencé à faire des tournois de jeu vidéo sur Internet avec mes potes. On faisait des petits tournois de cinq joueurs contre cinq joueurs sur le jeu Rainbow Six Siege (R6), pour apprendre ce monde de la compétition sur internet.

Mais après plusieurs tournois avec mes potes, je voulais plus gros, faire des gros tournois connus. J’avais pas assez de niveau et d’expérience pour faire des tournois de fou, donc je m’entraînais tous les jours. Quand je rentrais des cours je jouais jusque très tard le soir, jusqu’à 3h30 du matin. Le week-end, je jouais dès le matin et j’enchaînais avec des nuits blanches.

Quand j’ai considéré que je m’étais assez entraîné et que j’avais acquis assez d’expérience, je me suis dit que c’était le moment de chercher une « team ». Pour en trouver une qui me correspondait, je suis allé sur Internet. J’ai envoyé un mail à une personne qui gérait les recrutements et on m’a répondu en me proposant un créneau de test qui durerait trois jours maximum.

En jeu vidéo, bien jouer, ça veut dire bien connaître les tactiques, avoir du niveau et gérer la pression. Pour être un bon pro-gamer, il faut de l’envie, de la concentration, du mental et de la patience. Car tu dois toujours jouer au même jeu, et parfois c’est chiant. Ils m’ont testé et ils m’ont pris dans leur team. Pour eux, je jouais très bien.

3 850 euros à se partager !

Quand j’ai commencé les petits tournois, je gagnais seulement 10 ou 30 euros. Mais moi, je voulais gagner plus. J’ai fait de grands tournois avec ma team et le plus gros que j’ai gagné, ça a été 3 850 euros, à partager entre les sept joueurs. Dans les tournois, l’ambiance est très stressante, car il y a la pression et tout, mais c’est aussi excitant car t’as beaucoup travaillé pour en arriver là. Je suis parti faire des tournois à Paris, Valenciennes, Amiens, Metz et Marseille.

Mais depuis la rentrée de septembre, j’ai arrêté car je suis chez mon père et il veut que je me concentre sur mes études. Mes parents sont d’accord pour que je rentre dans le monde de compétition. Mais mon père veut aussi que j’aie le bac pour avoir une porte de sortie en cas d’échec dans le monde des jeux vidéo. Moi, je persévère : tous les week-ends, j’essaye de jouer un maximum pour garder mon niveau de jeu… Mais c’est compliqué car la semaine je ne joue pas et je perds un peu en niveau.

S’entrainer tous les jours, jouer avec plus fort que soi…

Je joue à Rainbow Six Siege, mais aussi à Fortnite, et à Fifa. Je m’entraîne sur les jeux les plus connus parce que c’est là ou il y a les plus gros tournois avec le plus d’argent à gagner. Mon modèle, c’est Vitality, une équipe sur R6 dont je suis grave fan ! C’est grâce à eux que j’en suis arrivé là.

Etre pro-gamer, c’est pas facile car il faut vraiment consacrer beaucoup de temps à sa console, s’entraîner tous les jours et jouer avec plus fort que soi. C’est avec eux que tu pourras apprendre. Pour devenir pro, il faut se faire remarquer en jouant en ligne, jouer avec des gens connus qui diffusent des lives sur Internet, sur Youtube ou Twitch pour que tout le monde puisse voir ton niveau.

Mon rêve ultime, ce serait de faire le tournoi Six Invitational. Et de le gagner !

 

Evan, 16 ans, lycéen, Aulnay-SousBois

Crédit Photo Visual Hunt // CC włodi

TAGS :