ZEP

ZEP8 mai 2017 3 mn

On compile, on interroge, on résume. Parce que, parfois, nous aussi on a des choses à vous dire !

Mr le Président, voilà ce qu’on attend de vous !

Emmanuel Macron a été élu président de la République dimanche 7 mai avec 66,1 % des voix. Quels devraient être maintenant ses chantiers prioritaires ? Les contributeurs de la ZEP lui donnent des pistes...

Par ZEP8 mai 2017 3 mn

Faire vivre la diversité !

L’image qui me vient en tête lorsque je parle de la France, c’est celle que je voyais, jour après jour, en allant à l’université de Saint-Denis : des enfants et des parents, se rencontrant dans la rue, sur le chemin de l’école et se parlant en riant. Des enfants qui, quelle que soit leur couleur de peau, leurs origines ou celles de leurs parents, leur confession religieuse ou leur condition sociale, ne s’en préoccupaient pas. De cette élection, je ne retiens que la division des Français. Le premier chantier auquel doit s’atteler le nouveau président de la République, c’est de retrouver cette unité. Mais une unité diversifiée, faite de toutes les richesses qui constituent la culture française depuis des centaines d’années. Moi, je suis Française, née en France. Oui mais je suis aussi Algérienne et Espagnole. Chacune de ces composantes de mon identité fait de moi une citoyenne française qui a conscience de cette richesse culturelle qui m’a fait grandir et qu’il est essentiel de préserver et d’encourager.

Layssa, 24 ans, volontaire en service civique, Paris

 

L’éducation, c’est la Nation

Après des mois de campagne vous voilà Monsieur le Président. J’aimerais que vous preniez en compte la colère des gens, plus particulièrement celle d’une jeunesse en souffrance, délaissée dès son plus jeune âge. L’éducation est le pilier numéro un d’une société démocratique et éclairée, la base du vivre-ensemble et la seule direction vers un avenir meilleur. Je vous invite donc sérieusement à travailler votre capacité à donner à chacun un socle stable de connaissances et une orientation vers la vie active, une pluralité de choix et le droit d’y réfléchir, l’envie d’apprendre et l’adaptation à leurs besoins.

Elliot, 26 ans, journaliste, Paris

 

Priorité au financement des études !

À présent Mr Macron, votre chantier prioritaire c’est la jeunesse ! Si vous voulez vraiment que la France soit une chance pour tous alors il faudrait commencer par donner à tous les jeunes la possibilité de choisir la formation qui leur plaît. L’année prochaine, je me réinscris à la fac et j’ai des difficultés à obtenir une bourse car je suis dans une situation de rupture familiale. Comme des milliers de jeunes chaque année, je me demande si je pourrai étudier sans avoir à travailler à côté. Je me demande si, un jour, je devrai arrêter mes études le temps de faire des économies. Je veux être indépendante ! Je veux n’avoir en tête que ma réussite universitaire, sans être préoccupée par les questions d’argent. Je travaillerai pour la France et je considère que c’est à elle de payer l’intégralité de mes études !

Marion, 21 ans, étudiante, Paris

 

L’expérience de l’étranger pour tous

Vous vous êtes déjà retrouvés dans un centre d’accueil de migrants en Sicile ? Au micro d’une radio en Tunisie ? À planter des arbres dans un oasis ? Regarder des milliers d’étoiles dans le désert ? Déambuler dans des rues en quête de photos du quotidien tunisien ? Vous avez déjà bu des verres avec des Marocains, Égyptiens, Roumains, Italiens, Français, Tunisiens, à une même table ? Parce que moi, oui. Je bouge beaucoup grâce à des programmes de mobilité et j’apprends énormément, humainement, sur les autres, moi, sur leur pays et leur façon de voir les choses… Mais surtout, je me suis fait des amis à travers l’Europe et la Méditerranée. Ces rencontres ont eu un grand impact sur ma vision de la vie. Je pense donc qu’un de vos chantiers prioritaires, Mr le Président, ce doit être d’augmenter la mobilité internationale des jeunes, pour leur permettre de s’enrichir de manière…. incroyable.

Camille C., 26 ans, étudiante, Marseille

 

Faire bon usage de notre confiance

Nous célébrons en ce jour le début de la mise à mort du fascisme européen, l’entrée dans l’âge de l’union des peuples d’Europe et de l’internationalisation légiférée de nos échanges humains. Nous nous réveillons rassurés d’avoir fait barrage au Front National réputé pour ses propos haineux et sa vindicte populiste. Et pourtant, 10 millions de nos frères et de nos sœurs de la patrie ont préféré risquer un retour en arrière. Un goût amer se prolonge dans notre palais, celui d’un barrage qui n’a ni écrasé ni effacé les nœuds de nos tensions. Le plus grand péril reste à venir, celui de nos élections législatives. Pouvons-nous croire en la 3e voie du rassemblement ? Nous sommes des hommes, nous sommes des femmes, nous sommes le peuple de ce monde qui n’attend que nos actions pour prospérer. Monsieur le président, que ceci serve de message, nous vous prêtons notre confiance, sachez en faire bon usage afin que votre mission soit celle de correspondre convenablement à l’émissaire diplomatique dont nous avons grand besoin aujourd’hui. S’il vous plaît, devenez notre chargé professionnel de communication et écoutez notre gouvernement, que nous espérons fidèle à nos volontés. Le présent et l’avenir n’en seront que mieux garantis.

Arthur, 20 ans, étudiant, Paris

 

TAGS :