Avatar

Aminata K.17 janvier 2020

Le divorce de mes parents, trop petite pour le comprendre

Le divorce de mes parents, aujourd'hui je le comprends. Mais s'ils m'avaient mieux expliqué à l'époque, ça aurait été plus facile à vivre...

Par Aminata K.17 janvier 2020

La majorité des gens voient le divorce des parents d’un mauvais côté. Moi je m’y suis habituée. Mais, petite, je voyais qu’il y avait quelque chose qui ne tournait pas rond entre mes parents : la colère, les disputes… J’en avais assez de les voir comme ça. J’étais fatiguée de voir la même chose chaque jour. Pas grave ! Je me changeais les idées à l’école.

Un jour, je me suis réveillée sur mon lit, et je n’ai pas vu mon père. Je trouvais ça étrange, car je connaissais les heures de travail de mon père et ma mère. Je me suis dit qu’il était parti se balader dehors ou faire les courses, mais je savais aussi où il rangeait ses affaires. Quand j’ai fouillé, il n’y avait plus rien, comme s’il n’y avait jamais eu d’affaires à cet endroit. J’ai paniqué comme une poule qui avait perdu ses œufs, et à me poser plein de questions. Je ne voulais pas parler à ma mère, car quand je voulais lui parler de mon père, elle ne répondait pas. Je tenais beaucoup à mon père et là, ne plus le voir d’un coup, comme s’il avait disparu… Les jours passaient, passaient et passaient encore. J’attendais le retour de mon père.

Divorcés ? Qu’est-ce que ça pouvait vouloir dire ?

Un jour, une dame est venue chez moi et nous a posé des questions. Ma mère devait s’absenter, elle est partie faire les courses. Elle nous a posé des questions sur mes parents, si les choses se passaient bien, s’il y avait des problèmes, etc. La dame a fini, et elle est partie. Elle a appelé ma mère et lui a dit que c’était terminé. Ma mère est revenue. Des jours plus tard, je lui ai demandé où était mon père et sa réponse m’a traumatisée comme si un cauchemar était en train de se réaliser : « Il est parti il ne reviendra plus. »  Je n’ai rien dit, j’ai regardé la télé. Je ne la croyais pas. J’attendais le retour de mon père.

Et un jour, mon père est revenu. Il a sonné, j’ai ouvert la porte, et j’ai sauté sur lui comme une sauterelle. Mais il y avait deux personnes derrière lui : des policiers. Je ne savais pas pourquoi. J’avais une peur bleue, mais je m’en moquais de les voir car j’étais dans les bras de mon père. Je lui ai demandé s’il dormait à la maison, il m’a répondu que non. J’avais la haine. Il est venu récupérer ses dernières affaires. J’ai demandé pourquoi. Il m’a dit : « Ta mère et moi sommes divorcés. » Divorcés ? Qu’est-ce que cela pouvait vouloir dire… ?

Après cela, je ne l’ai plus revu pendant des années. Un jour, j’étais en CP ou en CE1 je pense, je suis sortie avec ma sœur et nous avons croisé notre père à côté de chez nous. Nous étions surprises et heureuses de le voir, et nous avons sauté dans ses bras comme si nous étions sur un trampoline. Il nous a donné de l’argent, et nous sommes parties acheter des sucreries. Il a continué sa route et nous aussi.

Et un vendredi, il est venu nous chercher à l’école. C’était bizarre, comme un jour de neige ensoleillé. D’habitude, c’était notre mère qui venait. Nous avons passé le week-end chez lui. Et le lundi nous retournions chez notre mère. Je ne sais plus comment j’ai su que je le voyais un week-end sur deux. Jusqu’à aujourd’hui ça se passe comme ça. Je n’étais pas habituée à cette « routine ».

S’ils m’avaient mieux expliqué, je l’aurais mieux vécu

Des années plus tard, je comprends le mot divorce, et je trouve que notre situation est bien car il n’y a plus de problèmes. Nous laissons cette histoire derrière dans le passé, et nous avons l’habitude. Mais je trouve que si mes parents n’étaient pas divorcés, nous serions dans une meilleure situation. Comme avant les problèmes : faire des sorties à Disneyland, aller au parc… Mais bon, nous ne pouvons pas retourner dans le passé. Et avec du recul, leur divorce a quand même des bons côtés.

Tout juste majeure, Khadidja a divorcé alors qu’elle avait une fille. Même si elle était malheureuse avec son ex-mari, cette décision a été vécue comme un déshonneur pour sa famille : « J’ai divorcé… à 18 ans et avec un enfant ! »

J’ai deux fois plus de famille, donc deux fois plus d’ambiance et deux fois plus de gens à connaître dans ma famille entière. En ce moment, mon père a une femme  qui a une fille donc j’ai une demi-sœur. J’ai deux maisons (deux chambres), deux fois plus de vacances (voyages), deux fêtes d’anniversaire (pas tous les ans), deux fois plus de besoins. Par exemple, quand je suis chez mon père, je rends des fois visite à ma mère et quand je m’apprête à partir, je lui demande de l’argent (2 – 3  euros). Et quand c’est l’inverse, mon père me donne de l’argent directement sans rien demander.

La majorité des gens voient le divorce des parents d’un mauvais côté, moi je le vois d’un bon côté car je le vis bien. Mais si mes parents m’avaient mieux expliqué leur divorce, je l’aurais mieux vécu, plus tôt.

 

Aminata, 14 ans, collégienne, Paris

Crédit photo Unsplash // CC Benjamin Voros

TAGS :